Prenez une pause, dégagez votre esprit

« Prenez une pause, dégagez votre esprit » : Il s’agit du thème de la 64e Semaine nationale de la santé mentale qui a lieu du 4 au 10 mai 2015.

Cette campagne a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la santé mentale des Québécois, en véhiculant différents moyens qui contribueront à améliorer la situation de manière générale.

Pour les Québécois, le message est clair : « Prenez une pause, dégagez votre esprit. ». Dans notre société moderne hyperactive, il s’agit d’un message simple qui peut parfois sembler complexe à mettre en application.

Au sein de la communauté Omnimed, la question de la santé mentale est omniprésente, alors que plus de 70 000 cas de problèmes de santé mentale sont répertoriés dans notre DMÉ, et ce nombre ne cesse de croître à chaque jour.

En temps qu’acteur d’importance dans le système de la santé au Québec, nous avons non seulement le devoir, mais aussi la responsabilité de rendre disponible à l’ensemble de la communauté médicale des outils qui permettront d’améliorer les soins qui sont prodigués aux patients souffrant de problèmes de santé mentale.

C’est dans cette ligne de pensée que nous avons récemment intégré, à même le dossier médical électronique d’Omnimed, des outils cliniques électroniques servant à faciliter le traitement de plusieurs de ces problèmes.

Voici un aperçu des outils disponibles :

  • Le PHQ-9, le PDQ-D5 et le GAD-7 sont 3 outils permettant de soulever des interrogations face à un patient semblant présenter des signes de dépression. Ils ont aussi comme utilité d’aider à suivre la progression de la situation d’un patient dans le temps.

  • L’examen de Folstein sur l’état mental (aussi appelé Mini-Mental) est l’un des tests les plus utilisés lors d’examens cliniques pour mesurer les capacités cognitives d’une personne. Il s’agit, par exemple, d’un bon test exploratoire pour évaluer les risques de démence ou d’Alzheimer.

Nous travaillons actuellement à développer d’autres outils cliniques qui pourront aider au traitement des maladies mentales et qui, espérons-le, contribueront à l’amélioration des soins à travers la province du Québec!